Archevêque de Téhéran, Mgr Ramzi Garmou a témoigné à Genève

Invité par l’organisation humanitaire catholique Aide à l’Église en détresse (ACN) à l’occasion de la Journée nationale de soutien aux chrétiens persécutés, Mgr Ramzi Garmou a livré un témoignage hier à Genève sur la situation des chrétiens en Iran.

Voici la vidéo


Il s’est exprimé durant la messe dominicale à l’église Notre-Dame des Grâces, au Grand-Lancy, lors d’une célébration qu’il a présidée aux côtés de Mgr Pierre Farine, évêque émérite de Genève, de l’abbé Pascal Desthieux, vicaire épiscopal de Genève, de l’abbé Philippe Matthey, curé modérateur de l’Unité pastorale des Rives de l’Aire, et de l’abbé Elvio Cingolani.

Après avoir fait l’historique de la présence des chrétiens dans cette région du monde, Mgr Garmou a expliqué que les chrétiens, toutes confessions confondues, ne sont que 60 000 en Iran, sur une population de 82 millions d’habitants. Les diverses Églises catholiques (chaldéenne, arménienne et latine) ne comptent que 4000 fidèles. « Mais la force d’une Église, sa vitalité, ne dépend pas du nombre de ses fidèles » a-t-il insisté, mais « bien de la manière dont ceux-ci vivent leur foi au quotidien ». Lui-même archevêque chaldéen, d’origine irakienne, il est au bénéfice d’un permis de travail et de séjour qu’il doit renouveler chaque année et a déjà eu maille à partir avec les autorités iraniennes lui rappelant que son activité doit bien se limiter à l’accompagnement des chrétiens chaldéens et uniquement dans l’espace (église et centre de rencontre) où ils peuvent pratiquer leur foi. 

La liberté religieuse n’existant dans aucun pays musulman, la situation est particulièrement délicate pour les musulmans qui veulent se convertir au christianisme. Ils seraient nombreux à vouloir le faire, aux dires de Mgr Garmou, mais s’exposent du coup à des sanctions qui peuvent aller jusqu’à la peine de mort, selon la loi islamique. « Ce sont de vrais martyrs ! Nos martyrs, même s’ils sont d’origine musulmane », s’est exclamé l’archevêque de Téhéran.

Roberto Simona, responsable d’ACN pour la Suisse romande et la Suisse italienne, s’est également exprimé durant la messe pour relever le sort dramatique de milliers de chrétiens dans de nombreux pays. Le Rapport 2018 sur la liberté religieuse dans le monde sortira d’ailleurs vers le 20 novembre. Il a relevé que des millions de personnes étaient privées de liberté religieuse et qu’ACN s’efforçait de venir en aide à tous ceux qui souffrent de discrimination.

Un apéritif et un repas auxquels tous les fidèles furent conviés ont suivi la célébration. À la fin du repas, Mgr Garmou a répondu encore à toutes les questions de l’assistance avec franchise et profondeur. Lui qui vit en Iran depuis 40 ans représente évidemment une voix compétente et son témoignage n’en prend que plus de valeur.

Claude Jenny

Lire aussi l'article sur www.cath.ch

Un petit film sur cette journée sera prochainement visible sur ce site.

 

Archevêque de Téhéran, Mgr Ramzi Garmou a témoigné à Genève_7045