Venezuela 05/2018

Un centre pour la pastorale des jeunes du diocèse de La Guaira


Le Venezuela est en train de s’enfoncer dans une crise grave. Les gens sont désespérés et amers, la violence augmente, le taux d’homicides augmente, beaucoup cherchent refuge et consolation dans les drogues. L’Église est aux côtés de la population souffrante et tente de redonner espoir aux gens.

Par ces temps difficiles, Mgr. Raùl Biord Castillo, évêque de la Guaira dans le nord du pays, voudrait renforcer la pastorale. Il se demande : « Quelle est la volonté de Dieu pour nous ? »

L’évêque aime particulièrement les jeunes. Dans certaines paroisses, il y a déjà des groupes de jeunes, et certains mouvements spirituels accompagnent la pastorale des jeunes. L’objectif est de s’occuper des soucis des jeunes et de les accompagner dans leur foi. Les jeunes doivent grandir dans la spiritualité communautaire et approfondir leur foi. Il faut aussi encourager les vocations religieuses. La pastorale doit mettre l’accent sur les différents besoins des différents milieux, car les problèmes sont différents selon que les jeunes grandissent à la campagne, en ville ou dans les banlieues. Certains jeunes sont étudiants à l’université, d’autres travaillent, et il y a aussi de nombreuses situations difficiles causées par la toxicomanie, l’alcoolisme, la prostitution, la violence, le crime. Il y a aussi des enfants qui trainent dans les rues et des jeunes qui sont en prison...

Cependant, certaines paroisses n’ont pas de locaux pour les activités des jeunes, et ne disposent pas non plus du personnel qui puisse se consacrer à cet apostolat. L’évêque voudrait donc fonder une « école de chefs de groupe ». Elle doit être créée dans un ancien couvent de sœurs qu’il va falloir rénover. Ainsi, il serait possible de faire d’une pierre deux coups : former les chefs de groupe, et en même temps permettre aux groupes de jeunes des différentes paroisses qui, elles-mêmes, ne disposent pas des locaux appropriés, d’utiliser le bâtiment pour des retraites et diverses activités pastorales. L’endroit est idéal car en raison de sa localisation en montagne, il n’y fait pas trop chaud, et il jouit d’une belle vue qui fait du bien à l’âme. La demande est grande, et le cahier de réservation de la maison est déjà presque complet. Mais pour l’instant, seuls des groupes d’un maximum de 20 personnes peuvent y être admis. S’il est transformé comme il convient, le centre aura de la place pour héberger 80 personnes.

Nous voulons fournir une aide, pour faire sortir de terre un centre qui donnera aux jeunes un nouvel espoir.

Code: 239-08-19

Venezuela 05/2018_5459