Pérou 4/2017

Expansion et intensification des activités pastorales dans une paroisse de la forêt tropicale


Il y a 45 ans, Sœur Maria Luisa Maduell a tout quitté pour suivre le Christ dans l’ordre des « Sœurs de Jésus ». À l’époque, son chemin l’a amenée d’Espagne en Amazonie, dans le sud-est du Pérou, dans le vicariat apostolique de Yurimaguas qui est en grande partie recouvert par la jungle. Elle est convaincue que c’est la Providence qui l’a conduite vers les populations autochtones de la forêt tropicale.

Les conditions de vie des peuples autochtones sont primitives, et les gens sont très pauvres. Leurs huttes sont faites de feuilles de palmier, et la plupart des petits villages ne sont accessibles qu’en bateau. Il n’y a pas de routes, et seuls les missionnaires fournissent des soins médicaux et font de la formation. Les femmes préparent une cuisine modeste cuite au bois et cultivent le strict nécessaire dans de petits jardins. Les gens se nourrissent de bananes, de yucca, et parfois d’un peu de poisson. « En tant que religieuse, je reste souvent auprès des femmes pour cuisiner avec elles. Il est important d’être auprès des gens, simplement d’être là », raconte Sœur Maria Luisa.

Le vicariat apostolique de Yurimaguas s’étend sur un vaste territoire de 70.000 kilomètres carrés. Les fidèles vivent très dispersés, et il y a bien trop peu de prêtres. Sœur Maria Luisa Maduell s’occupe de la pastorale dans la paroisse Santo Tomàs del Rio Paranapura, car actuellement il n’y a pas de prêtres dans cette paroisse. Elle est assistée de deux autres religieuses et de quelques laïcs. Les laïcs qui se mettent au service de l’évangélisation ne sont eux-mêmes que de simples agriculteurs, mais Sœur Maria Luisa parle d’eux avec beaucoup d’admiration : « Ils n’ont qu’une maigre éducation scolaire. En revanche, ce sont des théologiens, des mystiques, des personnes de grande foi et surtout d’une incroyable générosité ». Chacun d’eux rend une visite mensuelle aux habitants de la zone qui lui a été attribuée, prie avec eux et les aide à apprendre à connaître la Bonne Nouvelle, à grandir dans la foi et à aimer davantage Jésus Christ. Grâce à cela, 75 pourcents de cette immense paroisse reçoivent une visite mensuelle.

Mgr. José Luis Astigarraga, qui est hélas décédé en janvier 2017, était très heureux de cet engagement, et parlait d’un « travail vraiment missionnaire ». Il était évêque de Yurimaguas depuis 1991 et un ami de longue date de notre Œuvre. Nos bienfaiteurs ont toujours soutenu dans la fidélité et avec générosité son difficile travail pastoral dans cette région de forêt vierge. Peu avant sa mort, il nous a remerciés pour l’aide accordée par nos bienfaiteurs à son vicariat apostolique au fil des ans. Son souhait était que les activités de la paroisse de Santo Tomàs del Rio non seulement continuent, mais aussi s’intensifient, c’est pourquoi il nous avait écrit : « Non seulement j’approuve ce projet, mais j’espère aussi qu’il se développera ». C’est pourquoi il nous avait invités à soutenir Sœur Maria Luisa et ses assistants, afin que du matériel soit acheté ou créé pour la catéchèse, que plus d’auxiliaires laïcs soient formés, et que ceux qui étaient déjà présents depuis plus longtemps puissent suivre une formation approfondie et prendre part à des journées de retraite. Nous sommes heureux de pouvoir ainsi accomplir le souhait de feu l’évêque, et nous voudrions soutenir ce projet à hauteur de 15.000 euros.

Code: 234-01-49

Pérou 4/2017_5054